Des articles utiles sur la psychothérapie par le Jeu sur Normandie

                      

 

Articles sur la psychothérapie par le jeu en Normandie

Ces articles sont écrits pour tenter de commencer à aider les parents que nous sommes sur le long chemin à parcourir avec notre Enfant.

Ils n'ont pas d'ordre de lecture. Le hasard du choix de lecture sera toujours en correspondance exacte avec le questionnement du moment.

ils sont essentiels pour moduler le regard que nous avons de l'Enfant, pour constater sa puissance et réaliser l'énorme travail sur soi que fait l'Enfant constamment.

Ils ont pour vocation de consolider la confiance que nous avons à cultiver sans cesse.

Toutes nos excuses à tous les Enfants-filles et aux parents qui ont une fille car nous avons choisi d'utiliser le mot Enfant au masculin par simplicité d'écriture. 

 

 






Un vrai temps pour jouer.
Publiée le samedi 07 juillet
Aujourd'hui, de nombreux Enfants sont dans des occupations imposées et ne trouvent plus leur temps de Jeu.

Dés le matin, l'Enfant doit exécuter tout ce qu'on lui demande et rapidement.

Se lever pour se laver, avancer pour petit déjeuner, se brosser les dents pour vite partir de son cocon-maison.

Rouler et marcher précipitemment, souvent dans une tension matinale peu agréable.

Arriver dans un groupe crèche ou classe puis s'adapter au plus vite à ce qui se passe: quitter maman ou papa, se réinstaller avec les autres tous différents et souvent surprenants, exécuter ce qu'il entend à peine et cheminer tout au long d'une interminable journée sur des dizaines et des dizaines d'ordres.

L'Enfant ne sait jamais ce qui va se passer. Jusqu'à 8 ans, il ne sait pas conscientiser son avenir proche. Il subit les changements de lieu, d'occupation et d'humeur sans pouvoir anticiper comme nous savons faire.

Il a quelque temps pour jouer mais jamais assez longtemps, rapidement les ordres reprennent.

Rentrer, attendre, rester là sans trop de bruit ni trop de mouvements, répondre aux infernales questions, faire ce qui est demandé, encore et encore.

Tout au long de l'énorme journée, sur toutes les activités dont certaines peuvent être ajoutées le soir sous les bonnes idées des parents, l'Enfant suit plus ou moins vaillamment.

Retrouver, enfin son chez soi, ouf! Mais la course se poursuit et ne s'arrête pas là: jouer un peu mais pas assez car il faut faire les foutus devoirs pour les plus âgés ou se doucher pour dîner et vite au lit.

Le Jeu n'existe plus ou plus assez. Il existe encore car, heureusement, l'Enfant ne cesse d'imaginer mais son temps n'est plus assez long par rapport aux occupations obligées.

Le temps de Jeu doit être suffisant pour évacuer tout le stress de ces intenses journées.